La cite divisée d’Hébron dans les territoires occupés de Cisjordanie a longtemps été un point de tension et de violence, avec une enclave de ligne dure, protégée de façon musclée par les colons Israéliens dans l’ancienne cité de Jérusalem. Une centaine de milliers de Palestiniens y vivent simultanément entourés des forces militaires israéliennes et de l’administration palestinienne.

Des caméras de surveillance ont été érigé tous les 100 mètres, toits des maisons compris. Dans les territoires occupés de Cisjordanie, les militaires israéliens ont mis en place un vaste dispositif de surveillance pour contrôler les Palestiniens en intégrant la reconnaissance faciale dans une nombre croissant de réseaux de téléphonie portable et de caméras de surveillance. Ce système de contrôle s’est déployé sur une période de deux ans, et compte entre autres la technologie mobile appelée Blue Wolf [Loup bleu]. Cette technologie permet aux militaires de profiler des Palestiniens en capturant leur photo et en la recoupant avec une base de données d’images si étendue qu’un ancien militaire l’a décrite comme étant « le Facebook Palestinien » des forces militaires secrètes Israéliennes. Cette technologie permet de relier l’information à une application installée sur les mobiles des soldats israéliens qui, quand la correspondance est établie, va flasher dans trois couleurs différentes – rouge, jaune et vert –, pour déterminer si la personne doit être appréhendée, détenue ou laissée libre.

En plus de Blue Wolf, les militaires Israéliens ont installé des caméras de reconnaissance faciale à Hébron pour aider les soldats aux postes de contrôle militaires [checkpoints] à identifier les Palestiniens avant même qu’ils ne présentent leurs papiers d’identité. Un réseau plus large de caméras de télévisions en circuit clos, surnommé « Hebron Smart City », contrôle en temps réel la population urbaine, et comme le confia un ancien soldat, est parfois capable de voir à l’intérieur des maisons.

« Les caméras n’ont qu’un seul œil – pour scruter les Palestiniens, » ce sont les mots d’Issa Amro, activiste et membre de Artists + Allies x Hebron. « Dès l’instant où vous quittez la maison jusqu’au retour à la maison, la caméra vous espionne. »

Une autre application mobile, appelée White Wolf [Loup blanc], a été développée pour l’usage des colons Israéliens en territoires occupés de Cisjordanie. Bien que les colons n’aient aucun droit légal à détenir des personnes, des ‘volontaires de la sécurité’ peuvent utiliser White Wolf pour scanner la carte d’identité de Palestiniens avant qu’ils n’entrent dans cette colonie pour, par exemple, travailler sur un chantier.

L'armée a mentionné "Hebron Smart City" dans un article publié en 2020 sur son site web. Cet article montre un groupe de femmes soldats appelées « éclaireuses » devant des écrans d'ordinateur et portant des lunettes de réalité virtuelle ; l'initiative y est décrite comme une « découverte majeure » et une technologie « révolutionnaire » pour la sécurité en Cisjordanie.

Selon l'article, « un nouveau système de caméras et de radars a été installé dans toute la ville », qui peut documenter « tout ce qui se passe autour » et « reconnaître tout mouvement ou bruit inhabituel ».

Contrairement aux contrôles frontaliers, la surveillance à Hébron se déroule dans une ville palestinienne sans que la population locale en soit informée. Cette technologie est un autre instrument d'oppression et d'asservissement du peuple palestinien en Cisjordanie. "Alors que la surveillance et la vie privée sont au premier plan du discours public mondial, nous voyons ici un autre préjudice honteux du gouvernement et de l'armée israéliens selon lequel, lorsqu'il s'agit des Palestiniens, les droits de l'homme fondamentaux n'ont tout simplement aucune importance", déclare Avner Gvaryahu, directeur général de Breaking the Silence, une organisation de vétérans de l'armée israélienne.

L'ironie de la situation à H2 - la zone de la ville d'Hébron sous contrôle militaire israélien - est que pour un endroit dans lequel chaque Palestinien est continuellement surveillé, aucun ne se sent vu par la communauté internationale. Les conversations avec de courageux résidents révèlent que la tâche actuelle la plus importante est d'agir en solidarité avec ces personnes dont la simple existence chaque jour est elle-même un acte de résistance.

Sans leur persévérance, H2 serait déjà devenue une zone complètement réservée aux Juifs. En continuant à vivre dans leurs maisons, contre vents et marées, en gardant ouvertes quelques échoppes du vieux marché autrefois florissant, en prenant soin des oliviers, ils donnent l'espoir qu'un jour cette terre sera rendue à ses propriétaires. Ces images proviennent des caméras de diffusion en direct que nous avons placées autour de H2. Toutes montrent des vues des différentes oliveraies de la ville, dont la plupart ont plus de 900 ans, et qui sont constamment attaquées par les colons qui y mettent souvent le feu.

Les caméras de notre projet renvoient le regard électronique incessant en cooptant la même technologie militarisée, mais en l'utilisant plutôt comme une stratégie de renforcement de la communauté. Nous voulons aider à garder un œil vigilant sur ces arbres précieux et faire preuve de solidarité en veillant à ce que les résidents courageux et leurs actes d'héroïsme quotidiens ne soient pas seulement surveillés mais aussi vus.

{"language":"Fran\u00e7ais","name":"Nom","earliest-memory":"Quel est ton premier souvenir?","enter":"Entr\u00e9e","about":"Info","hebron-h2":"Hebron H2"}